Probablement construite par les Romains (50-51 avant Jésus-Christ) la Route Nationale 12 qui relie Paris à Brest traverse aujourd'hui Saint-Rémy-sur-Avre. Le bourg naît autour de l'église, son saint patron, Saint Rémi, donne son nom à la paroisse au 11e siècle. L'église est actuellement classée monument historique, elle est dotée d’un portail remarquable et un de ses vitraux est d’une grande beauté.

A cette époque, Saint-Rémy se situe entre France et Normandie. Une forteresse, la Motte Castrale, est construite pour se protéger des anglais et des normands. Les vestiges sont visibles encore aujourd'hui au Plessis.

L’essor de notre commune se fera surtout par l’industrialisation de notre vallée à la fin du 18e siècle grâce à la dynastie de la famille Waddington.
 

Quelques dates :

 

 histoire 01  • 11e siècle :
La construction de l’église semble remonter à la période romane ; le cartulaire de l’abbaye de Coulombs mentionne l’église en 1063 qui est attachée au prieuré dépendant de cette abbaye.

 

• 12e siècle :

1152 : construction de la motte féodale à basse-cour.

1178 : Rencontre entre Henri Plantagenêt, roi d'Angleterre, et Louis VII pour traiter de la paix et se préparer à la croisade.

1185 : L’église passe sous l’autorité de la léproserie du Grand Beaulieu, roi de Chartres.

1189 : Philippe Auguste et Richard Coeur de Lion s'entendent sur une nouvelle croisade.

Ces rencontres eurent lieu au "Gué de Saint-Rémy", probablement à l'emplacement du vieux pont.


• 15e siècle :

1490 : grande transformation de l’église telle que nous la connaissons aujourd’hui. Certaines dispositions de l’époque romane semblent avoir été conservées notamment le gouttereau Nord de la nef qui présente toujours une baie cintrée ancienne. Les façades occidentale et sud sont en revanche contemporaines de la transformation du 15e siècle.
 

• 16e siècle :

Réalisation des vitraux du chœur de l’église.


1515/1547 : construction du vieux Pont sous François 1er.

 histoire 02

 

• 18e siècle :

Description de notre vallée dans un document de la première moitié du XIXe siècle :
« Un site très pittoresque sur le penchant et au pied d’un coteau couvert de vignes, de vergers et de bois, baigné à sa base par la belle rivière d’Avre, laquelle par plusieurs bras coule de l’ouest et à l’est va à treize kilomètres se jeter dans l’Eure, arrosant sur son parcours de beaux jardins potagers ainsi qu’une superbe prairie bien plantée et sillonnée d’une multitude de chemins et de ruisseaux ».

1792 : A l’emplacement du moulin à papier de Noel JELIN, Henry SYKES d’origine anglaise construit la première filature dite « l'Ancienne » située sur l’Avre afin de bénéficier de la force hydraulique de l’eau. Sa fille unique Grace se marie avec William Waddington c’est ainsi que commence la dynastie « Waddington »


• 19e siècle :

histoire 03 1815/1818 : Construction d’un château par William Waddington. Ce château qui à l’origine comprenait 20 pièces est en briques recouvertes d’enduit blanc, excepté des éléments de modénature de façade en pierre taillée ou en staff, a été construit dans le style anglo-saxon.


1823 : Deuxième filature sur le site de l’Isle.

1843 : Installation de la première machine à vapeur.

A l’apogée des filatures et tissages « Waddington » plus de 1200 ouvriers sont employés sur la Vallée.
Après la guerre 39/45, le château est acheté par les Lainières de Roubaix (Laines du Pingouin).

1899 : Construction d'un lavoir communal

histoire 04 1896 : Le conseil municipal envisage la construction d'un lavoir communal qui sera édifié en 1899 au bord de la rivière "Avre".


Le conseil municipal dès 1896 envisage la construction d’un lavoir communal. C’est en février 1899 qu’une délibération décide de réaliser ce lavoir au bord de la rivière « Avre » sur un terrain donné par la Comtesse d’Yanville, en face de la filature de « L’Isle ».

Le projet est confié à Monsieur AVARD architecte à Dreux. Il en coûtera la somme de 8584 francs de l’époque ; Le lavoir fait vingt cinq mètres de longueur, couvert en ardoises avec cheminée intérieure, planchers mobiles et "water-closets".

Décidée à préserver notre patrimoine, la commune a souhaité que ce lavoir soit remis en état tout en respectant son aspect d’origine.

Un des mécanismes à été réparé. Il est intéressant à observer, montrant l’ingéniosité des hommes, pour que les laveuses puissent se tenir au plus près de l’eau.

Une mise en lumière adaptée et des aménagements extérieurs terminent la réhabilitation de notre écomusée inauguré en JUILLET 2010 et qu’il est  possible de visiter gratuitement et SUR RENDEZ-VOUS d'avril à septembre. S'adresser à la mairie ou au syndicat d'initiative.  Il est ouvert au public lors de la journée nationale du patrimoine.

Des panneaux retraçant l’histoire des lavoirs et des personnages font revivre ce lieu : femmes qui fréquentaient régulièrement le bord de l’eau, transportant sur une brouette le baquet plein de linge, de même que brosse, savon et boules de « bleu », parfois la boîte à laver, le battoir… Vous y trouverez des exemples du matériel utilisé, émouvants témoins d’une époque où les femmes devaient rester agenouillées pendant des heures !

Un deuxième lavoir situé sur l’Espace Coubertin, non loin de l’église, datant des années 50 a été lui aussi remis en état.